Nouveautés du terroir pour la rentrée

Publié le 14 Août 2018

 

 

 

 

Pour la rentrée de septembre, Annie nous a préparé une belle sélection de romans du terroir.

Des nouveautés, toutes de 2018, choisies avec la passion de notre bénévole spécialiste de ce rayon, très apprécié par nos adhérents !

 

 

 

La Belle Main
Gilbert Bordes  

 

1965. La Sologne sauvage avec ses chemins qui se perdent dans les taillis, ses maisons isolées, ses landes incultes... Lors d’une soirée au château de Mauret, la jeune Solène, qui veille sur les enfants des propriétaires, fait la rencontre de Paul, luthier. Il n’est pas riche, plutôt discret, vit intensément sa passion pour la musique et son métier dans un village au bord de la Loire. Leurs regards se croisent, s’accrochent avec la force de ces instants qui changent un destin. Or Paul a un passé, eu de mauvais penchants, a vécu la guerre, l’Occupation. Solène, elle, a été élevée seule par sa mère Josette, originaire de Corrèze.

 

Quand celle-ci est conduite à l’hôpital dans un état préoccupant, elle se confie à sa fille. Sur sa vie pendant la guerre, son amour pour un capitaine allemand, la honte d’avoir été tondue à la Libération et jetée à la vindicte des gens.

 

Et, contre toute attente, il semble que les chemins de Josette et de Paul se soient déjà rencontrés…

 

 

Les Dames de Pécharmant

Isabelle Artiges

Domaine du Grand Sapin, 1957. Déterminée et ambitieuse, Mathilde ne se contente pas de distribuer les rôles et les tâches à chacun ; elle apporte un soin méticuleux à son vignoble qu'elle chérit au fil des saisons. Ce domaine, c'est elle qui le fait vivre, grâce à sa ténacité. Elle en est le centre, la cheville ouvrière. Pourtant, ses vignes, elle a parfois dû se résoudre à les délaisser, quand les grands conflits mondiaux mobilisaient tous les hommes et que seules les femmes restaient...

 

Aujourd'hui, Mathilde sait qu'elle pourra transmettre sa passion à Suzie, l'une de ses petites-filles, avec qui elle entretient une indéfectible complicité. Mais l'adolescente vive et curieuse veut comprendre l'histoire de sa famille, percer ses secrets enfouis mais bien palpables. D'autant qu'elle va découvrir le mystérieux vestige d'une sombre histoire....

 

 

 
La dernière rose

Josette Boudou

Adeline, que tout le monde surnomme Line, est la fille de Jocelyn, juge de paix. Tandis que son père se montre très froid et distant, voire mystérieux, sa mère Blanche est d'une nature aimante. Auprès de ses oncles, tantes et cousins, Line coule une douce enfance. A l'adolescence, elle rejoint la ville pour ses études : la Seconde Guerre mondiale, Mai 68 sont autant d'événements qui marqueront sa vie et sa personne. Ses quatre-vingts ans sont l'occasion de replonger dans son passé...

 

 

 

 

L'Eté retrouvé

Dany Rousson

Entre les randonnées et son métier d'ébéniste, Lazare mène une vie tranquille dans le Gard. Mais le retour d'un ami d'enfance ravive des souvenirs - celui d'Elisa dont ils étaient fous amoureux - mais aussi des remords. Qu'est-elle devenue ?

 

1993. Dans son village perché, Cornillon, Lazare Castille, célibataire de trente-neuf ans, vit de sa passion du bois. Modeste et franc, cet homme plein de charme est aussi amoureux de la nature. Autour de lui : la jolie Séraphine, sa voisine, qui veille sur lui avec convoitise, et Pia, l'espiègle fillette de cette dernière, qui a fait du village son terrain de jeu.

 

Le 13 juin, Lazare reçoit la visite inopinée de Gérald Brahic, son ami d'enfance, qu'il n'a pas revu depuis vingt-trois ans. Pour une raison connue d'eux seuls, ils se sont violemment quittés à l'âge de seize ans, se jurant de ne plus jamais se revoir. Mais aujourd'hui, Gérald est victime d'un corbeau qui lui rappelle sans cesse le douloureux jour du 13 juin 1970. Jour que Lazare et lui ont essayé d'occulter de leur mémoire....En vain. Une seule personne sait, Elisa, dont ils étaient fous amoureux.

 

Disparue depuis, se cache-t-elle derrière tout cela ? Ensemble, les deux hommes partent à sa recherche.

En suivant ce chemin plein d'embûches et d'émotions, nécessaire à un nouveau départ, ils retrouveront leur amitié d'autrefois.

Mais pas seulement....

 

 

Maria de la lande

Bernard Duporge

À la fin du XIXe siècle, la jeune Maria est fiancée de force à Jacques, fils de notable, tandis qu'elle est amoureuse de François, berger. Envoyée en pension en attendant le mariage, elle se concentre sur ses études et devient institutrice. Jacques, quant à lui, part sur les chemins de Compostelle et ignore si le destin les réunira.

Pour beaucoup, un berger n’était qu’un ignorant. Un sauvage sale et miséreux qui ne couchait que dans le foin ou dans la paille. Comment prendre au sérieux ces hommes, debout sur leurs échasses, se calant le dos à un grand bâton en regardant brouter leurs moutons tout en tricotant leur laine noire, cette laine que leur refusaient les marchands et qu’ils gardaient pour eux afin de se faire d’épaisses chaussettes ?

 

 

La Nuit de l'Orcière

Pierre Petit

Dans le Haut Forez, une histoire d'amour qui vire au huis clos familial quand argent, suspicion et convoitise s'en mêlent. Surtout quand la belle épousée, plus riche qu'elle ne le pensait, devient la proie, plus maligne qu'il ne la soupçonnait, d'un beau-père retors et sans scrupules...

 

Agé d'à peine vingt ans, Louise quitte un père qui ne l'a jamais aimée pour épouser Robert Chevrier, de quinze ans son aîné. Au fil des jours, dans l'austère maison familiale des Chevrier, enchâssée dans les sapins, la jeune femme perd ses illusions en raison de l'omniprésence de son beau-père, « le Vieux ». Son époux, propriétaire à Fontbonne d'une entreprise de maçonnerie – qui a prospéré pendant l'Occupation... – est trop accaparé par ses affaires, de plus en plus ambitieuses. Il guette aussi l'enfant qui tarde à venir. Ce qui cristallise quelques tensions au sein du couple. Au décès de son père, Louise devient l'unique héritière d'une dynastie de fermiers prospères et... d'un patrimoine rondelet. Elle décide de n'en rien révéler à son mari. En ce début des années 1970, le temps des femmes et de leur émancipation est en marche. Louise a des projets : passer son permis de conduire, trouver une activité histoire de s'affranchir de l'oppressante promiscuité avec « le Vieux ».

Mais ce dernier a l'oeil à tout et est prêt à tout...

 

Un roman noir, constuit comme un huis clos, qui va crescendo.

 

 

 
 
Le Pré d'Anna

Marie De Palet

Le testament de Marcel Rolland laisse Joséphine, sa femme, et ses enfants perplexes. Il lègue son meilleur pré non pas à son fils Antoine, mais à Maurice, le fils du voisin. Anna, la cadette, est abandonnée par son fiancé lorsqu'il apprend qu'elle n'a pas reçu de dot. Des sentiments de vengeance et de désespoir la font épouser Maurice, dont elle finit par tomber amoureuse.

 

 

 

 

 

Le Temps de l'insoumise

Jacquie Béal

Périgord, XIVᵉ siècle. Dans une Aquitaine divisée par la guerre qui oppose la France et l’Angleterre, la jeune Ysolda n'a connu que la brutalité de son père, un homme sans cœur qui n'hésite pas à prostituer ses filles. Et à les battre lorsqu’elles se montrent rebelles.

 

Alors que l’épidémie de Peste Noire ravage le pays, Ysolda refuse sa misérable condition et s’enfuit. Inculte, la jeune femme est terrorisée par les légendes, les monstres et les esprits de la forêt dont elle a entendu parler dans son enfance. Mais un jour, elle découvre l’atelier d’un libraire.

 

Elle n’aura alors de cesse de percer les mystères de l’enluminure et de l’écriture. Dans ce siècle d’hommes, Ysolda connaîtra un destin exceptionnel et, en quête d’amour et de liberté, tracera enfin son chemin vers le bonheur...

 

Une terre de légendes. Une femme de caractère dans un siècle d’hommes.

 

 

Les amants du maquis

Michel Peyramaure

Adrien est fonctionnaire à la préfecture, il est marié et a deux enfants : son quotidien est bien réglé. Pourtant, il mène en parallèle une vie secrète depuis qu'il a rejoint le rang des Résistants. Lors d'une opération, il rencontre Hélène, une agent hors du commun dont il tombe très vite amoureux. Le destin de la France va changer, et il se pourrait bien que la vie d'Adrien prenne elle aussi un tournant inattendu...

« Il y a des blessures dont on ne guérit jamais. »

 

Je me disais que mon nom de code, Bayard, était usurpé. Le chevalier sans peur et sans reproche ne se serait pas contenté de collecter des paperasses, loin des champs de bataille. Il aurait décroché sa lourde épée de soldat, enfourché son destrier et rameuté ses compagnons pour se porter à l'ennemi.

Je fis état de ces scrupules à Hélène.

- Ne sois pas ridicule, me dit-elle. Si tu meurs d'envie d'aller te faire trouer la peau, patience ! Ton tour viendra. Le mien aussi, sans doute. Avec un peu de chance, si je puis dire, nous mourrons ensemble, la main dans la main, comme au cinoche. Beau final romantique en perspective...

 

 

 

L'audace d'une étoile

Corine Valade

Née à Thiers (Puy-de-Dôme) en 1880, Anaïs-Mauricia Bétant, fille de coutelier, prend à l'âge de vingt-quatre ans le pseudonyme de Mauricia de Thiers et devient l'égérie d'une génération de féministes, prête à toutes les folies à bord d'engins démentiels tels que l'auto-bolide et le bilboquet humain. « L'Etoile filante » se produit dans les music-halls les plus réputés de Paris, rejoint les grands cirques de l'époque, voyage de Lyon à Moscou en passant par Berlin et jusqu'aux Etats-Unis. Puis elle épouse le célèbre critique d'art Gustave Coquiot, rencontre Picasso, Chagall, Dufy, et Derain, qui fera son portrait. Sous l'Occupation, elle devient une héroïne à Othis (Seine-et-Marne) où elle s'est installée et dont elle deviendra maire en 1945. Corine Valade a écrit la vie d'une grande dame.

 

 

 

Le bal des veuves

Pierre Rétier

Joseph Weis est à l’origine d’une idée pour le moins extravagante, mais ô combien ambitieuse : organiser au cœur de Paris, le soir du Mardi gras de cette année 1981, un « bal des veuves », une tradition ancestrale en Haute-Alsace, uniquement, et qui y perdure encore. Il compte sur la participation de ses plus fidèles amis, qu’ils soient Alsaciens ou Auvergnats, comme Étienne Lambert, dont la famille, depuis deux générations, tient un bar-tabac rue Lepic. Ce jeune célibataire butine au gré des rencontres et n’a nulle envie de se faire passer la bague au doigt. Une seule femme a réussi à le charmer et elle vit dans les lointaines montagnes du Cantal. Étienne se laisse convaincre et se rend à l’événement. La magie du bal va opérer et le voilà embarqué dans une aventure qui le dépassera vite ! D’ailleurs, il devra faire appel à Joseph, l’ancien du 36, quai des Orfèvres, pour déminer cette sulfureuse affaire.  Quelles femmes se cachent derrière ces petits loups ? Si elles prennent le pouvoir le temps du bal, les rôles finiront-ils par s’inverser ?

De Paris, à Munster en passant par l’Auvergne, rencontres, séductions, surprises, déceptions… tout est possible, sous la plume pittoresque et bienveillante de Pierre Rétier.

 

 

Et le ciel se refuse à pleurer...

Gérard Glatt

Août 2016, en Haute-Savoie, sous un soleil de plomb, trois hommes se retrouvent à la mort de celle qui a broyé leur vie. Souvenirs et confidences de chacun jaillissent pour faire éclater le secret de la défunte...

 

Morte et muette à jamais, Germaine, fauchée par un sapin. C'est son mari, Tronchet, qui en fait la macabre découverte ce jour d'août 2016. Le travail harassant de la ferme, le soin constant porté aux bêtes n'auront été finalement que le ciment et le quotidien d'un couple désassorti. Pourquoi cette femme belle, vénéneuse, ne cachant pas son désir pour d'autres hommes, s'est-elle mariée avec cet honnête paysan, qu'elle méprisait ? Dans sa solitude et sa peine, car l'homme était amoureux, Tronchet a auprès de lui son grand fils Antoine, revenu de la ville le temps des funérailles, mais aussi Edmé, frère de coeur d'Antoine, toujours fidèle à la besogne, un vrai garçon de ferme. Tous trois forment une chaîne unie, solidaire, délivrée de l'emprise toxique de Germaine, mais pas de leurs tourments, de leur histoire commune, ni de leurs doutes quant aux circonstances étranges de la mort de Germaine.

 

Il y a aussi ce médaillon doré, que tous ont toujours vu au cou de la défunte, qui renfermait un soi-disant secret... Un secret que l'opaque Germaine n'a jamais voulu dévoiler.

 

 

Les folles années d'Ana

Marie-Claude Gay

La tumultueuse vie d'Ana tient le lecteur en haleine; des bas-fonds de la société jusqu'au beau monde, Ana traverse la vie et emmène le lecteur avec elle. Un roman vif qui se lit d'un trait. 

Une héroïne attachante et déterminée. Ushuaia, 1918. Ana a grandi sur la Terre de Feu, territoire balayé par le vent au climat hostile et torturé. Douée pour la couture, la jeune fille, qui vit seule avec son père depuis que sa mère les a abandonnés pour suivre un autre homme sur le Vieux Continent, effectue de petits travaux de confection et diverses tâches domestiques. 

Malgré son attachement pour cette terre à la beauté sauvage qui l'a vu naître, Ana rêve de partir à la recherche de sa mère et de découvrir Paris. Mais comment atteindre la si lointaine France ? Et à quel prix ? Est-elle prête à renoncer à son amour naissant pour Volodia, un jeune fermier des environs ? 

Le destin va trancher pour elle et la jeune femme va, après de longs mois sur un navire marchand, débarquer en France puis rejoindre Paris, la ville de tous les possibles. 

Vendeuse aux Halles, fleuriste puis réduite à la mendicité, l'adolescente va connaître les affres de la pauvreté avant de pouvoir mettre ses talents au service d'un grand couturier. Mais alors qu'Ana peut enfin toucher du doigt le bonheur, le mauvais sort semble vouloir encore s'acharner sur elle...

 

 

Bonne lecture !!!

 

Rédigé par mediathequedenoyelles

Publié dans #Terroir

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article