Les nouveaux policiers de Mai

Publié le 27 Mai 2019

 

 

 

 

«Luca», le dernier Thilliez,                                      joue avec nos nerfs

 

 

Luca

Franck Thilliez

Partout, il y a la terreur.

Celle d'une jeune femme dans une chambre d'hôtel sordide, ventre loué à prix d'or pour couple en mal d'enfant, et qui s'évapore comme elle était arrivée.

Partout, il y a la terreur.

Celle d'un corps mutilé qui gît au fond d'une fosse creusée dans la forêt.

Partout, il y a la terreur.

Celle d'un homme qui connaît le jour et l'heure de sa mort.

Et puis il y a une lettre, comme un manifeste, et qui annonce le pire.

S'engage alors, pour l'équipe du commandant Sharko, une sinistre course contre la montre.

C'était écrit : l'enfer ne fait que commencer.

 

Pour son 18e polar, Franck Thilliez nous plonge dans un monde hyperconnecté et très réaliste. Effroyable et brillant, « Luca » se dévore.

 

Brûlant d’actualité, totalement addictif et terriblement angoissant. Franck Thilliez frappe fort avec « Luca », son 18e polar en librairie, et il ne nous ménage pas. Attention : une fois commencé, vos nuits seront courtes, car ce pavé de près de 550 pages se dévore. Mais qui est Luca, héros malgré lui de ce thriller et dont on ne cesse de se demander qui se cache derrière son prénom ?

Au point de départ de cette enquête diabolique, un couple de parents en mal d’enfant, prêt à tout pour avoir le leur, ira jusqu’à acheter le ventre d’une jeune femme un peu paumée pour assouvir leur rêve. Parallèlement, deux meurtres sont commis, qui n’ont rien à voir entre eux. Un corps atrocement mutilé est retrouvé dans une fosse au fond d’un bois tandis qu’un homme terrorisé meurt dans les bras d’un officier de police en lui remettant une lettre… Quel lien entre ces deux crimes et ce désir d’enfant ? Franck Thilliez lance l’enquête et il ne va plus nous lâcher…

 

Profondément humains

Comme dans chacun de ses romans, l’auteur d’« Angor » (Étoile du meilleur polar Le Parisien 2014) et de « La Chambre des morts » (2005, prix du meilleur polar SNCF) s’appuie sur une thèse scientifique pour dérouler son enquête. Après le nucléaire, le sang ou encore la mémoire, l’ingénieur de formation s’intéresse ici à la « numérisation de nos vies » et la dérive inquiétante de nos sociétés. Du pouvoir angoissant de Google et autres réseaux sociaux à l’intelligence artificielle en passant par les hackers, les cybercriminels ou encore le dark net, il joue avec nos nerfs dans les méandres de la Toile. C’est glaçant et délicieusement inquiétant car le scientifique qu’il est argumente sur tout. On retombe aussi avec effroi dans les zones sombres qui lui sont chères, l’enfermement, les communautés marginales ou encore les sectes. Comme ses héros, on manque plus d’une fois de s’asphyxier.

Malgré la noirceur de son intrigue et certains passages d’une rare violence, Franck Thilliez a le talent d’écrire des polars profondément humains où l’empathie n’est jamais bien loin. On retrouve ici avec plaisir son couple mythique d’enquêteur du 36, quai des Orfèvres, Franck Sharko et Lucie Hennebelle, désormais installés dans « le bastion », leurs nouveaux locaux flambant neuf où ils sont un peu paumés. Et on découvre aussi des personnages cabossés par la vie et très attachants, comme le lieutenant Nicolas Bellanger, traumatisé depuis la mort de Camille, cette gendarme dont il était tombé amoureux dans un précédent roman. Ou encore Andra Spick, tout juste débarquée de Nice et qui n’est que douleur. Une douleur présente de la première à la dernière page chez ces flics comme chez leurs proies.

 

 

 

 

 

 

 

 

Une enquête en Forêt Noire pour l’inspecteur Niemans

 

 
La Dernière Chasse

Jean-Christophe Grangé

Pierre Niémans, le héros des Rivières pourpres, aidé d’une flic hors norme, se rend dans la Forêt-Noire afin d’enquêter sur le meurtre d’un héritier bavarois retrouvé castré et décapité. Ensemble, ils affrontent le mépris de l’aristocratie locale et multiplient les rencontres étranges, notamment les "fantômes" des Chasseurs Noirs, bataillon de criminels ultra-violents et sadiques créé sous l’impulsion d’Himmler… La dernière chasse est une expérience terrifiante, où la violence côtoie l’ésotérisme.

 

 

La dernière chasse est un roman de Jean-Christophe Grangé. Grand reporter, écrivain et scénario, il est l’auteur du Vol des cigognes, des Rivières pourpres et de l’Empire des loups, entre autres. Cette fois, la découverte d’un corps mutilé emmène le lecteur dans un milieu sombre.

Du fait de son thème violent, le livre est réservé à un public adulte.

JC Grangé signe ici les retrouvailles avec Niémans. Si si souvenez vous, ce flic torturé héros Des rivières pourpres ! Bon pour ceux qui ne s’en souviennent pas ou qui ne connaissent pas encore l’auteur, pas de panique vous pourrez vous aussi vous jeter sur ce dernier opus sans aucun soucis.

Le livre Les rivières pourpres est sorti en 1997 alors autant vous dire que notre personnage principal a bien évolué et en a vu des vertes et des pas mûres depuis !

Après une pause en tant qu’instructeur à l’école de Police, Niémans reprend du service sur le terrain le vrai accompagné d’une de ses élèves, Ivana.

Jeune fille au caractère bien trempée, Ivana sera un allié de taille pour aider Niémans dans sa nouvelle mission. Ils forment à eux deux une nouvelle brigade chargée de résoudre des affaires criminelles un peu particulières aux 4 coins du pays. Leurs compétences seront mêmes réclamées en Europe et ce duo de choc nous emmène ici en Allemagne.

On retrouve la patte du maître du thriller, avec son écriture vive et le mystère savamment gardé ! Les indices sont distillés au compte goutte afin de nous ouvrir l’appétit sans trop en dire. Rien de tel pour garder le suspens et nous donner envie de dévorer le livre.
Les chapitres sont courts et donne un rythme effréné à la lecture.

Les personnages sont parfaitement exploités avec leurs forces et leurs faiblesses avouons le que l’on adore découvrir !

Mais ce qui plaît le plus chez Grangé, c’est sa façon de nous apprendre des choses. Ici, le milieu de la chasse nous est décortiqué. 

Un thriller angoissant où la chasse à l’homme vous fera tourner la tête !

 

 

 

 

 

 

N'attendez plus pour rencontrer Hamish Macbeth, le plus givré des enquêteurs! 
Partez en Écosse et plongez dans les premières pages de ces nouvelles enquêtes loufoques signées M. C. Beaton 

 

 

Une nouvelle série formidable, après celle d'Agatha Raisin...

Qui mieux que M. C. Beaton pour nous entraîner à la poursuite d'un assassin dans la campagne écossaise ?

Sa recette est infaillible !

Vous allez adorer Hamish Macbeth ! Comme sa grande soeur Agatha, cet Hercule Poirot à la sauce écossaise entraîne le lecteur dans des aventures totalement déjantées sorties tout droit de l'imagination de M.C Beaton. Avec, en prime, le charme des lochs, des highlanders mystérieux et des châteaux hantés. Attention, fantômes !

 

 
Hamish Macbeth,
 
Tome 1 : Qui prend la mouche

Policier du petit village de Lochdubh situé au beau milieu des Highlands en Ecosse, Hamish Macbeth manque totalement d'ambition professionnelle mais il peut cependant compter sur son intuition naturelle pour mener à bien ses enquêtes. Ses qualités lui seront utiles quand le corps sans vie de Lady Jane Winters, langue de vipère notoire et participante au stage de pêche à la mouche du village, est retrouvé dans la rivière.

 

Secondé par la délicieuse Priscilla Halburton-Smythe, Hamish s'immerge en eaux troubles pour démasquer l'assassin.

 

 

 

 

 

 
Hamish Macbeth,
 
Tome 2 : Qui va à la chasse

Lorsque Priscilla Halburton-Smythe ramène à Lochdubh son nouveau fiancé, un dramaturge londonien, tout le monde est enchanté… sauf Hamish Macbeth, amoureux transi de la jeune femme. Mais ses affaires de coeur devront attendre un peu : un des invités aux fiançailles de Priscilla, l'affreux goujat Peter Bartlett, est retrouvé assassiné pendant une partie de chasse à la grouse. Chargé des premières investigations Hamish Macbeth fait face à une brochette de suspects huppés, qui avaient tous une bonne raison d'attenter à la vie de l'ignoble capitaine Bartlett.

 

 

 

 

 

 

 

 

Viveca Sten s’affiche comme la nouvelle valeur sûre du thriller suédois.

 

Les romans de Viveca Sten se déroulent dans l’archipel de Stockholm, sur l’île enchanteresse de Sandhamn, paradis des yachts et des touristes l’été, havre de verdure avec ses jolies maisons de bois et son paysage atypique, magnifique, même si le mal est là, tapi sous l’eau dormante…

 

 

 
Dans l'ombre du paradis
Auteur     Viveca Sten

 

Nora Linde, désormais en poste à l'Agence de Lutte contre la Criminalité Financière, profite de ses vacances à Sandhamn avec son compagnon Jonas et leur fille de quatre ans Julia. Mais l'idylle estivale est vite troublée par l'arrivée de Carsten Larsson, un requin de la finance engagé dans des affaires troubles en Russie. Larsson a acheté la belle et grande plage au sud de l'île, et la villa de luxe qu'il y a fait bâtir éveille les rancoeurs des insulaires. Le soir de la pendaison de crémaillère, une partie de la villa prend feu et on découvre un cadavre dans les décombres. Nora Linde n'a d'autre choix que de solliciter son meilleur ami et collaborateur, Thomas Andreasson, pourtant en plein doute après vingt ans de métier. Incapable de lui refuser son aide, Thomas s'attaque à une nouvelle affaire...

 

Plongez dans la nouvelle enquête de l'inspecteur Thomas Andreasson et de Nora Linde, le duo créé par Viveca Sten et qui a inspiré la célèbre série Meurtres à Sandhamn diffusée sur Arte.

 

 

 

 

 

 

Gagnant Prix du Suspense Psychologique 3e Edition 2019 présidé par Bernard Minier.

" Un univers, une écriture. Emballant et captivant ! " Bernard Minier 

 

 
Armorican psycho
Auteur     Gwenael Le Guellec

 

Au lendemain de la fête des morts, une tempête sans précédent s'empare de la pointe armoricaine, plongeant la cité du Ponant dans une pluie sans fin. Photographe amateur atteint d’achromatopsie, une crainte obsessionnelle de la lumière associée à une absence totale de vision des couleurs, Yoran Rosko vit retiré dans son appartement sur le port et ne sort que la nuit. Il est appelé pour confirmer l'identité du cadavre de l'homme qui lui avait permis de faire ses premiers pas dans le huitième art, retrouvé mort à son domicile, le corps mutilé et recouvert de sel. Sauf que ce corps s'avère être celui d'un ancien capitaine de cargo norvégien, disparu en mer en 1995...

 

 

 Gwenael Le Guellec est un écrivain : il a écrit un roman superbe, riche, entraînant qui nous fait voyager et nous captive. Un univers bien à lui. Encore bravo ! .

"Armorican psycho" est la traque d'un tueur insaisissable à travers le prisme noir et blanc d'un photographe...

 

 

Rédigé par mediathequedenoyelles

Publié dans #Policiers

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article