Publié le 31 Mai 2018

 

"Il est grand temps de rallumer les étoiles" :                            le nouveau roman feel-good de Virginie Grimaldi 

On ne vous la présente plus, et pour cause : depuis son premier roman,                                

 Le Premier jour du reste de ma vie en 2015,

Virginie Grimaldi s'impose comme un auteur incontournable au rayon romans feel-good. Tendance qui a le vent en poupe et au sein de laquelle Virginie Grimaldi peut s'enorgueillir d'avoir publié trois best-sellers. Et on espère de tout cœur que le succès sera également au rendez-vous pour son quatrième roman Il est grand temps de rallumer les étoiles, paru chez Fayard début mai.

 

 

Le 5 mars dernier, Virginie Grimaldi publiait un message à l’attention de ses lecteurs informant de la sortie prochaine de ce nouveau roman, le 2 mai. Et en plus de dévoiler une jolie couverture, l’auteure partageait également le pitch de son tout dernier bébé.

Il est grand temps de rallumer les étoiles racontera l’histoire d’Anna, qui, se rendant compte que sa vie personnelle et celle de ses deux filles est au point mort, décide subitement de les embarquer pour une épopée en camping-car. Aucun doute qu’avec ce quatrième roman, Virginie Grimaldi saura nous plonger une fois de plus dans une histoire attachante et pleine d’humour.

 

 

 

Ce roman, je le portais depuis longtemps. Il aborde des thèmes qui me tiennent à cœur, mes tripes guidaient mes mains (Je suis bizarrement fichue). J'ai passé des mois avec les personnages, à rire, à pleurer à espérer, à fulminer, à grandir, et je suis émue et heureuse de vous présenter la couverture et le titre. J'espère tellement que Anna, Chloé et Lily vous plairont... rendez-vous le 2 mai pour les rencontrer !

            En attendant, voici le résumé :

Anna, 37 ans, croule sous le travail et les relances des huissiers.

Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l’observe depuis la bulle dans laquelle elle s’est enfermée.

À 17 ans, Chloé a des rêves plein la tête mais a choisi d’y renoncer pour aider sa mère. Elle cherche de l’affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Comme le carrosse de Cendrillon, ils se transforment après l’amour.

Lily, du haut de ses 12 ans, n’aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu’il a quitté le navire.

Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.

 

Anna, Chloé, Lily.

Trois femmes, trois générations, trois voix qui se répondent.

Une merveille d’humour, d’amour et d’humanité.

 

 

Dans Il est grand temps de rallumer les étoiles, Virginie Grimaldi dresse le portrait remarquable de trois femmes à trois âges différents, chacune confrontée à ses problèmes, ses rêves et ses désillusions. Et nous voilà partis avec elles dans un road-trip génial à la Little Miss Sunshine peuplé de personnages secondaires tendres et décalés et d’aurores boréales.

Bref, un roman profond et riche qui parle de la famille avec douceur et réalisme, rempli d’humour et d’émotions et non dénué d’un certain suspense, ce qui le rend parfaitement impossible à poser une fois qu’on l’a commencé.

À LIRE ABSOLUMENT et vivement le prochain !
 

 

 

Lire un extrait

 

 

L’auteure

 

Virginie Grimaldi passe son temps à écrire: de la liste des courses au roman, en passant par son blog qui connaît un beau succès, aucun genre ne lui résiste. Elle habite Bordeaux, elle aime déjeuner en terrasse et en plus d’avoir du talent elle est vachement sympa.

Lauréate du prix e-crire auféminin 2014, pour sa nouvelle « La peinture sur la bouche », elle publie son premier roman en 2015)

Il est grand temps de rallumer les étoiles est son quatrième roman après Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie (Fayard, 2017), Tu comprendras quand tu seras plus grande (Fayard, 2016) et Le premier jour du reste de ma vie (City Editions 2015).

 

 

 

 

 

 

Le Premier Jour du reste de ma vie

Marie a tout préparé pour l’anniversaire de son mari : décoration de l’appartement, gâteaux, invités… Tout, y compris une surprise : à quarante ans, elle a décidé de le quitter. Marie a pris « un aller simple pour ailleurs ». Pour elle, c’est maintenant que tout commence. Vivre, enfin.

Marie avait une vie plan-plan, deux filles, pas de boulot et un Jules qui se tapait toute la région pendant qu’elle écoutait Jean-Jacques Goldman chanter « Elle attend » en tricotant, mais ça, c’était avant. Avant que Marie décide de tout larguer : son mari et les amarres pour partir faire une croisière « Tour du monde en solitaire » pendant trois mois. Sur le paquebot luxueux qui l’emmène vers sa nouvelle vie, Marie rencontrera Camille, banquière blogueuse dont le projet est de « faire le tour du monde en 80 mecs » et Anne, qui vient soigner son coeur brisé : son compagnon l’a quittée après plusieurs décennies de vie commune. Au cours de ce beau voyage, Marie ne trouvera pas la solitude qu’elle recherche, mais l’amitié et peut-être même, en cherchant bien, l’amour.

 

La force du roman de Virginie Grimaldi, ce sont les personnages. En général, la femme de 40 ans cocue dans ce genre d’histoire est toujours une gourdasse, ce n’est pas le cas de Marie. Sympa sans être poire, on s’attache beaucoup à elle. L’autre personnage génial, c’est la plus jeune du trio : Camille. Ex-grosse qui a perdu 40 kilos grâce à un anneau gastrique, elle rattrape son retard en se tapant tout ce qui bouge. Détail hilarant : elle fait de la gestion de patrimoine et jure comme une charretière tout en s’étonnant de la surprise de ses interlocuteurs quand elle énonce sa profession entre deux « putains ».

Enfin, il y a un troisième homme qui glisse sa tête entre les pages du Premier jour du reste de ma vie, discrètement mais bien présent, que je connaissais longtemps avant de lire ce roman : Jean-Jacques Goldman. Oui oui oui, Jean-Jacques Goldman et ses merveilleuses chansons, dont Marie (et Virginie?) connaît les paroles par coeur et qu’elle partage avec le lecteur aux moments adaptés et ça, c’est la petite cerise sur la crêpe flambée.

 

À lire donc, surtout en ce moment, on a tous besoin de soleil !

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par mediathequedenoyelles

Publié dans #Auteur

Repost0

Publié le 30 Mai 2018

Sandrine et Nadine

vous accueilleront à la médiathèque Louis Séraphin

le samedi 9 juin 2018

de 11H à 11H45

 

Notre équipe propose un moment destiné aux enfants de 0 à 3 ans accompagnés de leurs parents !

Cela s’appelle :

Sandrine et Nadine emmènent les petits dans le monde des comptines, des images et des marionnettes à doigts pour approcher et leur faire découvrir le livre.

 

 

 

Animation ouverte à tous, sans adhésion au préalable, et gratuite.

Nous vous attendons dès 11h00, samedi 9 juin !

 

Voir les commentaires

Rédigé par mediathequedenoyelles

Publié dans #Actualité

Repost0

Publié le 28 Mai 2018

 

Un orphelin à la recherche de son père…

Deux prisonniers en cavale…

Un trésor endormi dans des souterrains…

Sur Mornesey, au large de Granville, s’entame une course contre la montre sous forme de huis clos insulaire.

 

         Tous les ingrédients qui font la magie de Michel Bussi sont à nouveau réunis : des personnages bien croqués, un décor vivant et romanesque, et bien sûr un récit diaboliquement construit !

 

Le nouveau Bussi ? Non, un ancien Bussi rénové !

Comme l’explique Michel Bussi dans sa préface, Sang Famille est l’un de ses premiers romans écrits, mais son quatrième roman publié chez son premier éditeur. Donc il ne s’agit pas là d’une véritable nouveauté, mais il ne nous trompe pas sur la marchandise. Pour cette réédition, il a légèrement réécrit son ouvrage effectuant des corrections de forme. Mais il a apporté une modification qui pourrait sembler mineure mais qui est d’importance, la substitution d’un élément masculin par un personnage féminin.

Mahina remplace donc l’un des deux compagnons de Colin, le personnage central du roman, et cette touche de féminité s’inscrit dans l’air du temps tout en nous ramenant à quelques lectures anciennes juvéniles ancrées dans notre mémoire. Je pense notamment au Club des cinq d’Enid Blyton.

Pour autant il ne s’agit pas de respecter une certaine parité politiquement correcte, mais de fournir au texte un bain de fraîcheur, une présence féminine émotionnelle mais pas niaise, de jouer avec les codes ségrégationnistes des camps de vacances, d’enrichir le propos du comportement humain, de mieux se calquer sur la vie sans ériger de barrières.

 

 

 

“ Les jolies colonies de vacances, merci maman, merci papa… ” comme chantait Pierre Perret. Colin n’est pas un accro des colonies, des camps de vacances, des stages et encore moins ceux consacrés à la voile. Et s’il doit remercier quelqu’un, c’est lui même car il est orphelin depuis dix ans. S’il s’est inscrit pour participer à un stage à l’île de Mornesey, c’est qu’une idée bien ancrée dans sa petite tête d’adolescent de seize ans le turlupine : retrouver la trace de son père disparu et dont il pressent que tout ce qu’on a pu lui dire depuis des années ne sont que mensonges et compagnie. Effectuant des fouilles dans les ruines de l’abbaye de Saint Antoine dans l’île de Mornesey avec quelques amis et sa femme, Jean Rémy se serait suicidé en mer après des incidents ayant coûté la vie à trois ouvriers. Sa mère aurait eu un accident de voiture peu après et Colin a été recueilli par son oncle et sa tante. Ses soupçons ont été étayés par de petits indices qui mis bout à bout formaient un faisceau de preuves irréfutables, du moins à son avis.

 

L’île de Mornesey, située dans la Manche au large de Granville, possède deux particularités : depuis plusieurs siècles une prison y est édifiée, servant autrefois de transit pour les bagnards, mais aujourd’hui encore débordante d’activités. Pour preuve, cette évasion de deux prisonniers, dont l’un est multirécidiviste, donc dangereux, et l’autre devant être libéré dans deux mois. L’autre particularité réside en une légende, celle d’un trésor nommé la Folie Mazarin qui serait caché probablement dans l’un des nombreux souterrains qui traversent l’île de part en part. Tandis que Colin cherche à confirmer ses soupçons, Simon Casanova, jeune agent de sécurité temporaire sur l’île, entame sa petite enquête sur cette étrange évasion. Une investigation qui va le mener loin, très loin, jusqu’à Nice, et qui ne sera pas sans rapport avec les tribulations de Colin.

 

Sang famille, titre jeu de mots qui rappelle un célèbre roman d’Hector Malot, se révèle justement le prototype même du roman populaire de la fin du XIXème siècle et du début du XXème. Avec son lot de mystères, de courses poursuites, de trésors supposés (ou non), d’un adolescent narrateur, pour une partie du texte, et héros malmené, des méchants, des bons, des personnages secondaires qui ne le sont pas tant que ça. Ainsi Clara employée de mairie à la recherche de l’amour, ou tout au moins une amourette pour faire passer le temps et adepte du karaoké sur ordinateur ou Delpech journaliste indépendant et rédacteur du seul journal de l’île. Quelques bévues et incohérences dans le déroulement de l’histoire émaillent le récit. Pour preuve ce problème de datation : sur la tombe des parents de Colin, il est indiqué que le père est né en 1962 et la mère en 1965, or l’on apprend qu’ils avaient tous deux 19 ans lorsqu’ils se sont rencontrés. D’autres petites erreurs, toujours dans le décompte des années, attireront l’attention du lecteur, mais ce n’est pas grave en soi. Autre petite anomalie, en l’an 2000, puisque l’action se déroule en août 2000, on ne parlait pas encore en euros, et il eu peut-être été plus judicieux de laisser les prix en francs, quitte à signaler la conversion dans une petite note en bas de page. Quoi qu’il en soit, ce roman est très agréable et nous offre plus qu’un roman policier, un véritable roman d’aventures et de mystères.

 

Auteur français (normand)

Michel BUSSI est né le 29 avril 1965 à Louviers . Il vit actuellement à Darnétal (76). Il est professeur de géographie à l’Université de Rouen et directeur du laboratoire de modélisation et traitements graphiques en géographie . A la fois auteur d’une centaine de publications scientifiques (dont beaucoup sur la région) et des romans policiers utilisant comme cadre le patrimoine régional normand.

Parallèlement à son métier de professeur de l’université de Rouen et de directeur d’un laboratoire du CNRS, Michel trouve le temps d’écrire des histoires. Il publie aux éditions des Falaises : Code Lupin (2006), Omaha Crimes (le premier roman qu’il ait écrit réédité en 2014 aux Presses de la Cité sous le titre Gravé dans le sable) puis Mourir sur Seine (2008).

Michel Bussi entre aux Presses de la Cité avec Nymphéas noirs. Il signe là son premier succès national. Avec tout ce qui fera sa marque, sa signature, son originalité : le twist final, imprévisible, et l’équilibre parfait entre style, intrigue, émotion, rythme… Nymphéas noirsdevient le roman policier français le plus primé en 2011 et inaugure une série de best-sellers qui s’inscrivent dans cette culture populaire que revendique l’auteur, nourri de BD, chansons, romans, films. Suivront Un avion sans elle (2012), Ne lâche pas ma main (2013), N’oublier jamais (2014), Maman a tort (2015) et Le temps est assassin (2016). 

En 2016, Michel Bussi se hisse à la seconde marche du podium des auteurs les plus lus en France (Palmarès Le Figaro).

Aujourd’hui, l'auteur géographe, Michel Bussi, est sollicité partout. La Chine, la Corée, l’Europe le réclament.

Les Anglais encensent After the crash (Un avion sans elle) et Black Water Lilies (Nymphéas noirs) et viennent de publier Don’Let Go (Ne lâche pas ma main). Les Italiens ont publié quatre de ses romans en deux ans ! Un grand festival norvégien du polar a décerné, pour la première fois de son histoire, un « prix du meilleur polar traduit », attribué à Un avion sans elle. Plus de cent traductions sont parues, ou à paraître, dans 35 pays, et les droits vendus pour le cinéma et la télévision. L’adaptation télévisée de Maman a tort s’est achevée et elle sera prochainement diffusée.

Sa dernière héroïne s’appelle Leyli. Elle habite non loin de Marseille… On la trouvait plutôt jolie, est paru le 12 octobre 2017 aux Presses de la Cité.     Pour cette nouvelle année 2018, Sang famille est rénové.

Ses livres à retrouver dans votre Médiathèque !

 

 
Un avion sans elle

23 décembre 1980. Un crash d'avion dans le Jura. Une petite libellule de 3 mois tombe du ciel, orpheline. Deux familles que tout oppose se la disputent. La justice tranche : elle sera Émilie Vitral. Aujourd'hui, elle a 18 ans, la vie devant elle mais des questions plein la tête. Qui est-elle vraiment ?

 

Dix-huit ans que Crédule Grand-Duc, détective privé, se pose la même question. Alors qu'il s'apprête à abandonner, la vérité surgit devant ses yeux, qu'il referme aussitôt, assassiné.

 

Il ne reste plus qu'un vieux carnet de notes, des souvenirs, et Marc, son frère, pour découvrir la vérité...

 

 

 
Maman a tort

Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n’est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit.

Il est le seul… Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l’aide.

Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple.Car déjà les souvenirs de Malone s’effacent.

Ils ne tiennent plus qu’à un fil, qu’à des bouts de souvenirs, qu’aux conversations qu’il entretient avec Gouti, sa peluche.

Le compte à rebours a commencé.

Avant que tout bascule. Que l’engrenage se déclenche. Que les masques tombent.

Qui est Malone ?

 

 

 
N'oublier jamais

Il court vite, Jamal, très vite. A cause de sa prothèse à la jambe et autres coups du sort, il a un destin à rattraper. A Yport, parti s’entraîner sur la plus haute falaise d’Europe, il a d’abord remarqué l’écharpe, rouge, accrochée à une clôture, puis la femme brune, incroyablement belle, la robe déchirée, le dos face au vide, les yeux rivés aux siens. Ils sont seuls au monde ; Jamal lui tend l’écharpe comme on lance une bouée.

Quelques secondes plus tard, sur les galets glacés de la plage déserte, gît sous les yeux effarés de Jamal le corps inerte de l’inconnue.

 

A son cou, l’écharpe rouge.

 

 

 

 
Nymphéas noirs

Tout n'est qu'illusion, surtout quand un jeu de miroirs multiplie les indices et brouille les pistes. Pourtant les meurtres qui troublent la quiétude de Giverny, le village cher à Claude Monet, sont bien réels. Au coeur de l'intrigue, trois femmes : une fillette de onze ans douée pour la peinture, une institutrice redoutablement séduisante et une vieille femme aux yeux de hibou qui voit et sait tout. Et puis, bien sûr, une passion dévastatrice. Le tout sur fond de rumeur de toiles perdues ou volées, dont les fameux Nymphéas noirs. Perdues ou volées, telles les illusions quand passé et présent se confondent et que jeunesse et mort défient le temps.

 

 

 

 

On la trouvait plutôt jolie

Du désert sahélien à la jungle urbaine marseillaise, en quatre jours et trois nuits...

Un suspense renversant et bouleversant.

« – Qu'est-ce qui ne va pas, Leyli ? Vous êtes jolie. Vous avez trois jolis enfants. Bamby, Alpha, Tidiane. Vous vous en êtes bien sortie.

– Ce sont les apparences, tout ça. Du vent. Il nous manque l‘essentiel. Je suis une mauvaise mère. Mes trois enfants sont condamnés. Mon seul espoir est que l'un d'eux, l'un d'eux peut-être, échappe au sortilège.

Elle ferma les yeux. Il demanda encore :

– Qui l'a lancé, ce sortilège ?

– Vous. Moi. La terre entière. Personne n'est innocent dans cette affaire. »

 

 

Le temps est assassin

Été 1989.

La Corse, presqu'île de la Revellata, entre mer et montagne.

Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, une voiture qui roule trop vite... et bascule dans le vide.

Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux.

Été 2016.

Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l'accident, avec son mari et sa fille ado, en vacances, pour exorciser le passé.

A l'endroit même où elle a passé son dernier été avec ses parents, elle reçoit une lettre.

Une lettre signée de sa mère.

Vivante ?

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par mediathequedenoyelles

Publié dans #Auteur

Repost0

Publié le 14 Mai 2018

 

 

L'Atelier des souvenirs
Auteur Anne Idoux-Thivet

 

 

Alice végète depuis trois ans dans le déprimant état de chômeuse surdiplômée, quand elle a l’idée d’animer des ateliers d’écriture dans des maisons de retraite. Suzanne, Germaine, Jeanne, Elisabeth, Georges, Lucien… : les anciens dont elle croise la route sont tous plus attachants les uns que les autres.

 

Au fil des séances d’écriture, les retraités dévoilent des bribes de leur passé tout en complotant pour influer sur l’avenir d’Alice.

 

Un roman sur la solitude et la nostalgie. Sur l’amitié, la tendresse et l’amour, aussi…

 

 

 

Le Café des petits miracles
Auteur Nicolas Barreau

 

Elle n’est a priori pas le genre de fille qui, de but en blanc, vide son compte en banque et, par une froide matinée de janvier, saute dans un train à destination de Venise ! Mais parfois la vie est imprévisible et une phrase énigmatique retrouvée dans un vieux livre peut avoir des conséquences inattendues…

" Nicolas Barreau " nous emmène à Venise et donne envie de (re) découvrir la "sérénissime". Une histoire d'amour assez classique mais finalement prenante, au cœur des ruelles et des bâtiments vénitiens. Ce roman d'amour teinté de "coïncidences prédestinées" ravissantes sur fond d'art italien se révèle agréable à lire.

Malgré un pseudonyme d'auteur masculin, on devine facilement qu'une femme se cache derrière ces pages.

 

 

Comme une ombre
Auteur Gilles Legardinier

 

Alexandra, la ravissante fille du milliardaire Richard Dickinson, se cherche en parcourant le monde. D'un tempérament plutôt indépendant, elle ne veut plus de sa jeunesse dorée ni des gardes du corps qui la suivent partout. D'ailleurs, elle s'acharne à les faire craquer les uns après les autres... Cependant, avec le nouvel ange gardien dont son père l'affuble, les choses s'annoncent différemment : en bon militaire, Tom Drake semble bien décidé à remplir sa difficile mission et à résister aux affronts de celle qu'il considère comme une petite fille gâtée. De Rio aux mystérieux palais sahariens, Tom la suivra comme une ombre. Coûte que coûte. Pourtant, à Marrakech, lorsqu' Alexandra lui joue un mauvais tour en faisant croire qu'elle a été enlevée, Tom est à deux doigts de jeter l'éponge. Mais il résiste encore. Et quand Alexandra est réellement kidnappée, il est le premier à risquer sa vie pour sauver celle de la jeune femme...

 

La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose
Auteur Diane Ducret

 

Après avoir été quittée à Gdansk, Enaid se rend à l'évidence : les fées n'ont pas été généreuses avec elle. Elle découvre que ses parents adoptifs sont en fait ses grands-parents, que sa mère est danseuse de nuit déchue de ses droits, que son père a changé de religion. En quête d'une résilience, elle décide de résister, comme les flamants roses qui trouvent toujours la force de se relever.

« Il m’a toujours manqué quelqu’un, au plus profond de moi, jusqu’au jour où j’ai décidé de ne plus attendre personne ». C’est par ce constat lucide, catégorique et amer que débute ce roman de Diane Ducret, un auteur que l'on découvre.

Quel livre, quel humour, quel talent ! Quelle facilité à séduire son lecteur dès la première page et pour ne plus le lâcher jusqu’à la dernière page. Quelle émotion aussi !

 

 

Un océan, deux mers, trois continents
Auteur Wilfried N'Sondé

 

Il s’appelle Nsaku Ne Vunda, il est né vers 1583 sur les rives du fleuve Kongo. Orphelin élevé dans le respect des ancêtres et des traditions, éduqué par les missionnaires, baptisé Dom Antonio Manuel le jour de son ordination, le voici, au tout début du XVIIe siècle, chargé par le roi des Bakongos de devenir son ambassadeur auprès du pape. En faisant ses adieux à son Kongo natal, le jeune prêtre ignore que le long voyage censé le mener à Rome va passer par le Nouveau Monde, et que le bateau sur lequel il s’apprête à embarquer est chargé d’esclaves…

 

Roman d’aventures et récit de formation, Un océan, deux mers, trois continents plonge ce personnage méconnu de l’Histoire, véritable Candide africain armé d’une inépuisable compassion, dans une série de péripéties qui vont mettre à mal sa foi en Dieu et en l’homme. Tout d’ardeur poétique et de sincérité généreuse, Wilfried N’Sondé signe un ébouriffant plaidoyer pour la tolérance qui exalte les nécessaires vertus de l’égalité, de la fraternité et de l’espérance.

 

 

La Vie secrète d'Elena Faber
Auteur Jillian Cantor

 

Autriche, 1938. Kristoff, jeune orphelin viennois, est apprenti chez Frederick Faber, un maître graveur, créateur de timbres, lorsqu'éclate la nuit de cristal. Après la disparition de son professeur, Kristoff commence à travailler pour la résistance autrichienne avec la belle et intransigeante Elena, la fille de Frederick dont il est tombé amoureux. Mais tous deux sont bientôt pris dans le chaos de la guerre. Parviendront-ils à échapper au pire ?

 

Los Angeles, 1989. Katie Nelson découvre dans la maison familiale une riche collection de timbre appartenant à son père. Parmi ceux-ci, une mystérieuse lettre scellée datant de la Seconde Guerre mondiale et ornée d'un élégant timbre attire son attention. Troublée, Katie décide de mener l'enquête, aidée de Benjamin, un expert un peu rêveur...

 

Entre passion et tragédie, à travers les décennies et les continents, ce roman poignant, profondément émouvant et déjà traduit dans neuf langues, lie une des périodes les plus sombres de l'Histoire à un présent plein d'espoir. Dans la lignée d'un goût de cannelle et d'espoir, de Sarah McCoy, il célèbre la puissance de la mémoire et la longévité de l'amour.

 

 

 

 

 

La Fille dans les bois
Auteur Patricia MacDonald

 

Cela fait quinze ans que Blair n'est pas retournée dans la ville de son enfance. Depuis que sa meilleure amie, Molly, a été assassinée... Mais l'état de Céleste, sa soeur, atteinte d'un cancer, ne lui laisse pas le choix.

« J'ai fait quelque chose de mal » : sur son lit de mort, celle-ci lui révèle que l'homme qui croupit en prison pour le meurtre de Molly est innocent. Pour preuve, elle était avec lui le soir du crime. Mais comment avouer à leur père, un raciste haineux, qu'elle avait une relation avec un afro-américain ?

Blair lui promet de le faire libérer et, pour cela, de trouver les preuves dont la police a besoin. Elle se lance alors dans une enquête douloureuse pour comprendre ce qui s'est vraiment passé cette nuit-là, lorsque le corps de la petite Molly a été retrouvé dans les bois, non loin de sa maison...

 

Blair est-elle prête à affronter l'atroce vérité ? Le passé est-il révolu ?

 

Un bel âge pour mourir
Auteur Barbara Abel

 

D'un côté il y a France, soixante et un ans, propriétaire d'une galerie d'art au caractère bien trempé.

De l'autre il y a Marion, sa belle-fille, jeune mère célibataire et timide.

Entre elles, une maison.

France est-elle à l'origine des incidents qui visent à déloger Marion de la demeure familiale pour de sombres raisons financières ? Pour la jeune femme, cela ne fait aucun doute : même si France joue les grands-mères modèles, c'est elle qui a semé des sachets de mort aux rats sur le terrain de jeux. Mais Marion n'est-elle pas un peu fragilisée depuis la mort de son père ?

 

Contrairement à ce qu'affirment tous les parents du monde, les monstres existent bel et bien. Et les contes de fées se transforment parfois en véritable descente aux enfers...

 

 

LES DÉTECTIVES DU YORKSHIRE
Premier volet d’une série so british, Rendez-vous avec le crime est un polar drôle, plein de charme et au casting haut en couleur.  
TOME 1 : RENDEZ-VOUS AVEC LE CRIME
Auteur Julia Chapman

Quand Samson O’Brien débarque sur sa moto rouge à Bruncliffe, dans le Yorkshire, pour y ouvrir son agence de détective privé, la plupart des habitants voient son arrivée d’un très mauvais oeil. De son côté, Delilah Metcalfe, génie de l’informatique au caractère bien trempé, tente de sauver de la faillite son site de rencontres amoureuses. Pour cela, elle décide de louer le rez-de-chaussée de ses locaux. Quelle n’est pas sa surprise quand son nouveau locataire se révèle être Samson – et qu’elle découvre que son entreprise porte les mêmes initiales que la sienne !

 

Les choses prennent un tour inattendu lorsque Samson met au jour une série de morts suspectes dont la piste le mène tout droit… à l’agence de rencontres de Delilah !

Ce roman policier est sympathique, mêlant intrigue policière, intrigue qui se dévoilera sûrement à travers les autres tomes, romance naissante et humour. Je pense (et la couverture me fait également pencher pour cette hypothèse) que les fans d’Agatha Raisin y trouveront leur compte !

 

 

Mauvaise étoile
Auteur R. J. Ellory

 

Texas, 1960. Elliott et Clarence sont deux demi-frères nés sous une mauvaise étoile. Après l’assassinat de leur mère, ils ont passé le plus clair de leur adolescence dans des maisons de correction et autres établissements pénitentiaires pour mineurs. Le jour où Earl Sheridan, un psychopathe de la pire espèce, les prend en otages pour échapper à la prison et à la condamnation à mort, ils se retrouvent embarqués dans un périple douloureux et meurtrier. Alors que Sheridan, accompagné des deux adolescents, sème la terreur dans les petites villes américaines bien tranquilles qui jalonnent leur route, une sanglante et terrible partie se met en place entre les trois protagonistes. Loin de se douter de la complexité de celle-ci, la police, lancée à leurs trousses, et en particulier l’inspecteur Cassidy ne sont pas au bout de leurs surprises.

 

Avec ce récit au suspense implacable et à la noirceur absolue, R. J. Ellory se consacre de la façon la plus flamboyante qui soit à son sujet de prédilection : le mal. Tout comme Shane Stevens dans Au-delà du mal, il aborde les thèmes de l’innocence corrompue et de l’origine des déviances. On y retrouve ici intact tout l’art d’Ellory, qui a fait la force de Seul le silence : une écriture à la fois poétique et très réaliste ; des personnages d’une humanité complexe et déchirante aux prises avec leur face sombre ; une intrigue qui tient le lecteur captif jusqu’à la dernière page. Un thriller intense, poignant et inoubliable.

 

Voir les commentaires

Rédigé par mediathequedenoyelles

Publié dans #nouveautés

Repost0