Nouveautés Mars 2012

Publié le 14 Mars 2012

044

 

 

Le nouveau Sherlock Holmes - La Maison de SoieAnthony Horowitz

 

Sherlock Holmes a repris du service. Anthony Horowitz, écrivain de polars pour jeunes adultes a pris la suite d'Arthur Conan Doyle pour nous conter la dernière, et ultime, histoire du détective le plus célèbre d'Albion.


 

   À peine le temps d'entrer dans le livre que sa singularité est expliquée. Watson ne raconte cette histoire que parce qu'Holmes vient de mourir, elle était bien trop terrifiante et dévastatrice pour être écrite de son vivant.

 

   Les ayants droit de Conan Doyle ont fait appel à Anthony Horowitz il y a un peu plus d'un an pour lui demander d'écrire la dernière enquête d'Holmes. Il ne s'y attendait pas, mais s'est vite pris au jeu. Lecteur assidu de l'œuvre Conan Doyle, il s'est efforcé à aborder des thèmes jusque-là minorés par l'auteur original. Dans la Maison de Soie, on retrouvera Holmes dans les quartiers pauvres, les fumisteries d'opium et même la peinture impressionniste occupera une place charnière dans l'histoire.

 

 

Mais qu'est-ce qu'exactement un récit trop terrifiant pour être dévoilé du vivant du détective ? Deux histoires s'entrecroisent, d'un côté un marchand d'art craint pour sa vie après un vol et demande l'aide d'Holmes et de l'autre un jeune des Irréguliers de Baker Street, personnages récurrents dans l'œuvre, est retrouvé battu à mort, la gorge tranchée et un ruban de soie noué autour du poignet.

Deux affaires que tout sépare en apparence, sauf la Maison de Soie, ce réseau criminel qui opère à grande échelle et dont les membres sont partie intégrante du gotha londonien.

Une histoire sombre, très sombre donc, et malgré quelques différences de comportement de la part des protagonistes, notamment les premières prémices de sentiments de la part d'un Sherlock Holmes habituellement stoïque, Anthony Horowitz a tenu à recréer l'atmosphère londonienne du XIXe. Et pour cela, il a relu l'œuvre de Conan Doyle dans son ensemble, a analysé les formulations et utilisé ce style fait de phrases longues et typiques de la littérature de ce siècle.

 

 

Résumé :

Un an après la mort de Holmes, le docteur Watson prit la plume pour relater la dernière aventure du plus célèbre des détectives privés mais il exigea que ce récit restât inédit pendant un siècle... Pourquoi attendre si longtemps ? La réponse est élémentaire : parce que cette affaire était si monstrueuse, si terrible que, selon Holmes lui-même, « il n'est pas exagéré de dire qu'elle pourrait bien ébranler la société toute entière ». Cent six ans après la dernière aventure de Sherlock Holmes par son créateur Sir Arthur Conan Doyle nous est révélé le dernier secret du locataire du 221b Baker Street. La partie reprend !

 

044

 

Remède mortelHarlan Coben

 

Le maître de vos nuits blanches revient avec un nouveau collector : après Sans un adieu, voici  un deuxième roman, inédit en France, écrit par un Harlan Coben de vingt-cinq ans à peine ! Une mystérieuse clinique qui découvre un traitement miracle contre le sida, un serial killer qui assassine sauvagement des patients gays, un scandale qui menace Washington... sur fond de complot médico-politique, une intrigue tissée par un Harlan Coben diabolique à souhait.

 


 

 

Après Sans un adieu, un nouveau collector publié en 1991 aux États-Unis, signé par un jeune Harlan Coben diabolique à souhait. 



Une clinique new-yorkaise hautement sécurisée. 
Un médecin qui se suicide. 
Des patients sauvagement assassinés. 
Coïncidences ? Complot ? 
Et si l'annonce prochaine d'une extraordinaire découverte médicale avait déclenché cette vague meurtrière ? 


Sara Lowell, jeune journaliste très en vue, mène l'enquête. Mais ses révélations pourraient bien faire d'elle la prochaine victime d'un mystérieux serial killer...



Guerre des lobbies pharmaceutiques, machination politique, pression des médias, mensonges... Au coeur d'un débat toujours aussi brûlant, un thriller angoissant et terriblement réaliste par celui qui allait devenir le maître de vos nuits blanches.

 

 

 

 

044

 

La femme au masque de chair , Une enquête du commissaire BrunettiDonna Leon

 

 

 

C'est toujours avec plaisir de retrouver le Commissaire Brunetti, héros récurrent imaginé par Donna Leon.

 

 

 

 

Donna Leon jette, par l'intermédiaire de son personnage préféré, un regard désabusé, voire quelque peu accéré, sur les travers de la societé italienne, régit à tous les niveaux par la Mafia.
Cette fois-ci, l'écologie, et, notamment le trafic de déchets toxiques – orchertrés d'une main de maître par la Mafia – sont au centre de cette nouvelle enquête de Brunetti.

 
On remarquera également le rôle plus important du Comte Falier, et, on remarquera les relations plus apaisés entre celui çi et son gendre où l'estime et l'admiration remplace petit à petit, voire même rapidement l'animosité que tous deux se vouaient l'un envers l'autre.

 

 
Si, au fil de ses investigations, le Commissaire Brunetti a souvent l'impression de tourner en rond et/où s'adresser à un mur, il peut compter sur le soutien, sans faille, de sa famille, même si parfois, ses discussions avec son épouse sont « épiques », mais, c'est ce qui fait le charme de cette série.


 

Résumé :
Le commissaire Brunetti est attendu du cote de l'environnement. Une enquete sur la mort d'un routier l'oblige a s'immerger dans le scandale de la Camorra. Ou l'on apprend que la mafia sait profiter des ordures de notre industrie, s'enrichissant grace au trafic de dechets toxiques... Et tandis que la pollution n'epargne pas les canaux de la ville la plus romantique du monde, Brunetti rencontre une femme mysterieuse. Son nom ? Franca Marinello. Son masque ? Celui que la chirurgie esthetique faconne. Derriere le masque ? Une intelligence fine, une grande culture. La signora Marinello serait-elle l'image meme de Venise : une beaute alteree par notre epoque ? Les masques, legende de la Serenissime, tomberont sous la plume de Donna Leon !

 

 


 

 

 

Rédigé par mediathequedenoyelles

Publié dans #nouveautés

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article