auteur

Publié le 2 Janvier 2020

 

 

Auteur Danois, il est né le 2 août 1950 à Copenhague au Danemark.

Jussi ADLER-OLSEN a étudié la médecine, la sociologie, le cinéma et la politique. Il a été éditeur.

Il a été élevé dans un hôpital psychiatrique où son père travaillait.

Il est l’auteur de neuf romans. Il a dans un premier temps écrit des grands thrillers internationaux. Puis il a tourné son regard et ses écrits vers le Danemark.

Il connaît en Europe un succès sans précédent avec sa série d’enquêtes de l’inspecteur Mork, couronnée par les prix scandinaves. Il va créer les enquêtes du département V qui gère les affaires non résolues. L’inspecteur Mork n’est pas seul, il forme un sympathique duo avec Assad. Et une tierce personne va se joindre à eux dès le tome 2. La série comportera normalement 10 tomes.

Cette grande saga s’inscrit dans le temps. Le premier tome « Miséricorde » est paru en France aux éditions Albin Michel en 2011.

 

Le premier roman de Jussi Adler Olsen, l’auteur de la célèbre série du Département V, où éclatait déjà le talent de ce maître du thriller scandinave.

 
L'Unité Alphabet

France : 29 août 2018

L’Unité Alphabet est le service psychiatrique d’un hôpital militaire où, pendant la Seconde Guerre mondiale, les médecins allemands infligeaient d’atroces traitements à leurs cobayes, pour la plupart des officiers SS blessés sur le front de l’Est.
Bryan, pilote de la RAF, y a survécu sous une identité allemande en simulant la folie. Trente ans ont passé mais, chaque jour, il revit ce cauchemar et repense à James, son ami et copilote, qu’il a abandonné à l’Unité Alphabet et qu’il n’a jamais retrouvé. En 1972, à l’occasion des jeux Olympiques de Munich, Bryan décide de repartir sur ses traces. Sans imaginer que sa quête va réveiller les démons d’un passé plus présent que jamais.

 

 

 

Les enquêtes du département V 
 La série

 

 

 

 

1  Miséricorde 

France : 5 octobre 2011

Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s'acharnent-ils sur la jeune femme ?

 

Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l'avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d'encre. Mais, faute d'indices, la police avait classé l'affaire. Jusqu'à l'intervention des improbables Carl Mørck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d'origine syrienne. Pour eux, pas de cold case.

 

Couronné par les prix scandinaves les plus prestigieux, de La Clé de Verre aux Golden Laurels des libraires, le thriller de Jussi Adler-Olsen, première enquête de l'inspecteur Mørck, est un véritable phénomène d'édition mondial.

 

 

Pas encore dans nos rayons

 
2  Profanation

France : 2 mai 2012

Sur le bureau de l’inspecteur Carl Mørck, chef du département V, le dossier d'un double meurtre commis en 1987 et impliquant une bande de fils de famille, innocentée par les aveux « spontanés » d’un des leurs. Mørck s'aperçoit que l'affaire a été hâtivement bouclée et décide de reprendre l’enquête. Cercles fermés des milieux d'affaires, corruption au plus haut niveau, secrets nauséabonds de la grande bourgeoisie... Adler-Olsen mêle suspense implacable et regard acerbe sur son pays. Après Miséricorde, Profanation ne décevra pas les fans du cynique Carl Mørck et de son assistant syrien, l’imprévisible Assad.

 

 

 

 
 
3  Delivrance

France : 3 janvier 2013

Une bouteille jetée à la mer, repêchée et oubliée dans un commissariat des Highlands. A l’intérieur, un appel au secours écrit en lettres de sang et en danois. Lorsque le message échoue au Département V de la police de Copenhague, chargé des dossiers non élucidés, les années ont passé. L’imprévisible Carl Morck, Assad, son assistant syrien au flair infaillible, et Rose, la secrétaire punk, vont-ils prendre au sérieux ce SOS ?

 

 

 

Pas encore dans nos rayons

 
4  Dossier 64

France : 3 janvier 2014 

Copenhague, 2010. Une brutale agression dans le quartier de Vesterbro incite Rose, la bouillonnante assistante de l’inspecteur Morck, à rouvrir un cold case sur la disparition inexpliquée d'une prostituée. Cédant à ses pressions, le Département V exhume une macabre affaire datant des années 1950 : sur la petite île de Sprögo, des femmes sont internées et stérilisées de force sous la direction du docteur Curt Wad…

 

Avec cette nouvelle enquête de l’incontournable trio formé par Carl Morck et ses assistants Assad et Rose, Jussi Adler-Olsen fait monter la tension d'un cran en nous plongeant dans un sombre chapitre de l’histoire du Danemark, où l’influence des extrêmes est plus que jamais d’actualité.

 

"Le romancier touche juste et fort." Pascale Frey, Elle.

"Comme toujours, on est happé par un climat dense, à couper au couteau." Claire Julliard, Le Nouvel Observateur.

 

 
5  L'Effet Papillon

France : 2 janvier 2015

Si William Stark n’avait pas été intrigué par un SMS envoyé du Cameroun, René Ericksen, son boss au Bureau d’aide au développement, n’aurait pas été obligé de se débarrasser de lui. Si Marco, un jeune voleur gitan, n’avait pas trouvé refuge là où le cadavre putréfié de Stark végète depuis trois ans, son oncle, chef d’un réseau mafieux, n’aurait pas lancé ses hommes à ses trousses à travers Copenhague pour l’empêcher de révéler à la police l’existence de ce corps qu’il a enterré de ses propres mains...

 

Pour stopper cet engrenage de violence, l’inspecteur Carl Mørck et l’équipe du Département V doivent retrouver Marco. Et remonter la piste d’une affaire dont les ramifications politiques et financières pourraient bien faire vaciller l’intégrité politique du Danemark.

 

 

 
6  Promesse

France : 4 janvier 2016

Bornholm, une île danoise de la mer baltique, fin des années 1990. Le cadavre d’une jeune fille est retrouvé dans un arbre, son vélo broyé au bord de la route. Tout porte à croire qu’il s’agit d’un accident et, faute d’avoir retrouvé le chauffard, la police classe le dossier. Vingt ans plus tard, l’inspecteur qui avait suivi l’affaire demande à Carl Mørck de rouvrir l’enquête. Avant de se suicider le lendemain.

 

À l’initiative de Rose, l’assistante du flegmatique Mørck, l’insolite trio du Département V en charge des cold cases débarque sur l’île de Bornholm. En remuant le passé, ils prennent le risque de réveiller de vieux démons...

 

 

 

Pas encore dans nos rayons

 
7  Selfies

France : 29 mars 2017

Nouveau défi pour le Département V de la police de Copenhague : un « serial » chauffard dont les victimes sont des femmes jeunes, jolies et... pauvres. Elles touchent les aides sociales et ne rêvent que d'une chose : devenir des stars de reality-show. Sans imaginer un instant qu'elles sont la cible d'une personne dont le but est de les éliminer une par une.

 

L'inimitable trio formé par le cynique inspecteur Carl Mørck et ses assistants fidèles Assad et Rose doit réagir vite s'il ne veut pas voir le Département V, accusé de ne pas être assez rentable, mettre la clé sous la porte. Mais Rose, plus indispensable que jamais, est assaillie par les fantômes de son passé et sombre dans la folie…

 

 

 

 
 
 
 
8  Victime 2117

France : 2 janvier 2020

Rattrapé par son passé, Assad tombe en dépression, tandis que le service doit faire face à une menace terroriste sur l'Europe. Pour sauver leur coéquipier ainsi que de nombreuses vies humaines, Carl Morck et Rose ont d'importantes décisions à prendre.

 

 

 

Certains de ses romans ont été adaptés au cinéma

 

Voir les commentaires

Rédigé par mediathequedenoyelles

Publié dans #Auteur

Repost0

Publié le 29 Décembre 2019

 

 

Écrivain des grands espaces, de la plaine du Mississippi aux hauts plateaux du Colorado, Jim Fergus découvre à ses 16 ans la culture cheyenne lors d’un voyage dans le Midwest en voiture avec ses parents, une mère française et un père américain . Marqué profondément par la culture amérindienne, il développe une fascination profonde pour l’état du Colorado, et ses espaces. Après le décès brutal de ses parents, il choisit cette région pour y faire ses études. Ce n’est cependant qu’à trente ans, après plusieurs années d’errance qu’il décide de s’y installer durablement, pour se consacrer à l’écriture.

 

Jim Fergus choisit ainsi la petite ville de Rand et ses 13 habitants comme point d’attache. Il se passionne alors pour la chasse, la marche et l’exploration de ces territoires sauvages. En observateur amoureux de la nature, il fait découvrir au lecteur des détails fins, et aiguise notre regard sur le monde : "s’il vous arrive de traverser une vaste et ancienne forêt de trembles et d’y regarder de près, vous remarquerez plusieurs choses : un, les hauts troncs élancés à l’écorce blanche qui ont survécu sont vraiment beaux. Ils ondulent avec grâce à la moindre brise et leur lourd feuillage cherche le soleil au sommet. Deux, beaucoup d’arbres sont en train de mourir. (...) Trois, rien d’autre ou presque ne pousse sur ce sol" (Extrait des Espaces Sauvages).

C’est au cours de ses longues promenades qu’il se prend aussi au jeu de l’écriture journalistique, et devient correspondant pour plusieurs magazines américains comme Newsweek, Esquire sportmen ou encore Outdoor Life. La rencontre de personnalités comme Jim Harrison et Robert Redford l’encourage finalement à proposer ses manuscrits de romans à des maisons d’édition.

Avec ses deux premiers romans, Mille Femmes Blanches et La Fille Sauvage, inspirés de faits historiques peu connus, Jim Fergus conquiert immédiatement le public américain et européen. Mille Femmes Blanches romance l’histoire de May Dodd, américaine de XIXe siècle offerte en gage de paix avec mille autres blanches au chef cheyenne Little Wolf. On retrouve dans le regard des personnages de Jim Fergus le respect et l’inébranlable admiration qu’il porte aux cultures amérindiennes, respectueuses de l’homme autant que de la nature. Marquée par son émerveillement adolescent, son écriture est une ode aux terres indiennes, à leur immensité indomptée et sauvage.

 

Dans nos rayons

 

 

 
Mille femmes blanches

Date de sortie  mai 2011 

 

En 1874, à Washington, le président Américain Grant accepte dans le plus grand secret, la proposition incroyable du chef indien Little Wolf : troquer mille femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l’intégration du peuple Indien. Si quelques femmes se portent volontaire, la plupart viennent de pénitenciers et d’asiles de tous les États-Unis d’Amérique.

 

L’une d’entre elles, May Dodd apprend alors sa nouvelle vie de squaw et les rites inconnus des Indiens. Mariée à un puissant guerrier, elle découvre les combats violents entre tributs et les ravages provoqués par l’alcool. Aux cotés de femmes de toutes origines, May Dodd assiste à la lente agonie de son peuple d’adoption.

 

Jim Fergus s'est inspiré pour ce roman de faits réels : Little Wolf chef de la tribu cheyenne propose, en 1874, au président américain Grant, l'échange de mille chevaux contre mille femmes blanches. Ceci dans le seul but de favoriser l'intégration des indiens dans la société américaine. Mais, ce fut un tel scandale à l'époque que cet échange n'eut jamais lieu. L'auteur part de cette histoire pour envoyer May Dodd, l'héroïne de ce roman, ainsi que 999 autres femmes, presque toutes sorties d'asiles ou de pénitenciers, dans les grands espaces américains. May nous fait part de sa nouvelle vie à travers son journal, et nous entraine au coeur de cette société indienne qui vacille et décline peu à peu.
Un roman passionnant sur l'intégration, à l'heure où les coutumes communautaires sont mises à l'épreuve. Hormis les clichés sur May Dodd, l'héroïne «parfaite», Mille femmes blanches est un dépaysement total, une réflexion sur la lente agonie des tribus indiennes, une expérience humaine, et en arrière plan, une cruauté bouleversante de réalisme sur les aspects politiques de l'époque.

 

La Vengeance des mères

Date de sortie septembre 2016

1875. Dans le but de favoriser l’intégration, un chef cheyenne, Little Wolf, propose au président Grant d’échanger mille chevaux contre mille femmes blanches pour les marier à ses guerriers. Grant accepte et envoie dans les contrées reculées du Nebraska les premières femmes, pour la plupart « recrutées » de force dans les pénitenciers et les asiles du pays. En dépit de tous les traités, la tribu de Little Wolf ne tarde pas à être exterminée par l’armée américaine, et quelques femmes blanches seulement échappent à ce massacre.

 

Parmi elles, deux sœurs, Margaret et Susan Kelly, qui, traumatisées par la perte de leurs enfants et par le comportement sanguinaire de l’armée, refusent de rejoindre la « civilisation ». Après avoir trouvé refuge dans la tribu de Sitting Bull, elles vont prendre le parti du peuple indien et se lancer, avec quelques prisonnières des Sioux, dans une lutte désespérée pour leur survie.

 

Avec cette aventure passionnante d’un petit groupe de femmes prises au milieu des guerres indiennes, Jim Fergus nous donne enfin la suite de Mille femmes blanches. Le miracle se produit à nouveau et cette épopée fabuleusement romanesque, véritable chant d’amour à la culture indienne et à la féminité, procure un incommensurable plaisir de lecture.

Pensé aussi bien comme une suite que comme un récit indépendant, La Vengeance des mères redonne vie à certains des personnages que les lecteurs de la première heure n'auront pu oublier, des inénarrables soeurs Kelly à l'odieux Jules Seminole, tout en nous offrant quelques saisissants nouveaux portraits de femmes, de l'intrépide Molly McGill, ancienne institutrice condamnée pour meurtre, à la chef de guerre amérindienne Pretty Nose, figure historique ayant combattu à Little Big Horn, dont la photographie reproduite en couverture fut une source d'inspiration majeure pour Jim Fergus...
Grand admirateur de la culture indienne, fervent défenseur de l'environnement à l'instar de ses compagnons de route Jim Harrison et Rick Bass, Jim Fergus ne pense pourtant pas ses romans comme un plaidoyer pour la cause indienne mais comme un moyen de faire connaître un pan essentiel de l'histoire des États-Unis, aujourd'hui encore passé sous silence dans les écoles, ignoré par une majorité d'Américains...

 

Les Amazones

Date de sortie  septembre 2019

1875. Dans le but de favoriser l'intégration, un chef cheyenne propose au président Grant d'échanger mille chevaux contre mille femmes blanches, afin de les marier à ses guerriers. Celles-ci, "recrutées" de force dans les pénitenciers et les asiles du pays, intègrent peu à peu le mode de vie des Indiens, au moment où commencent les grands massacres des tribus.

 

1876. Après la bataille de Little Big Horn, quelques survivantes décident de prendre les armes contre cette prétendue "civilisation" qui vole aux Indiens leurs terres, leur mode de vie, leur culture et leur histoire. Cette tribu fantôme de femmes rebelles va bientôt passer dans la clandestinité pour livrer une bataille implacable, qui se poursuivra de génération en génération.

 

Dans cet ultime volume de la trilogie Mille femmes blanches, Jim Fergus mèle avec une rare maestria la lutte des femmes et des Indiens face à l’oppression, depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Avec un sens toujours aussi fabuleux de l’épopée romanesque, il dresse des portraits de femmes aussi fortes qu’inoubliables.

 

 

Marie-Blanche

Date de sortie  mai 2012

Une inoubliable fresque familiale à travers un siècle et trois continents : l'auteur de Mille femmes blanches confirme son exceptionnel talent de conteur et nous offre un chef-d'oeuvre.

 

1995, région des Grands Lacs. Jim Fergus rend visite à sa grand-mère, Renée, 96 ans. Fille d'aristocrates français désargentés, mariée trois fois, celle-ci a connu un destin hors du commun, qui l'a menée de son petit village natal de la région de Senlis jusqu'aux États-Unis, en passant par les sables de l'Égypte. D'un caractère entier, froide et tyrannique, elle a brisé la vie de sa famille, en particulier celle de sa propre fille, Marie-Blanche, la mère de Jim. Pour essayer de la comprendre, et peut-être de lui pardonner, celui-ci va tenter de retracer son parcours.

En parallèle, à travers le journal intime de sa mère, l'écrivain nous fait entrer dans l'intimité de celle-ci. Internée en 1966 dans un asile de Lausanne, Marie-Blanche se souvient de sa vie, commencée comme un conte de fées mais qui prit peu à peu des allures de tragédie.

 

Jim Fergus s'inspire ici de son histoire personnelle pour nous offrir une saga familiale bouleversante. À la façon de Dalva, de Jim Harrison, il inscrit l'intime dans l'Histoire et nous présente d'inoubliables portraits de femmes dans la tourmente. On retrouve surtout dans cette fresque qui s'étend sur un siècle et trois continents toute la puissance romanesque de l'auteur de Mille femmes blanches associée à une force d'émotion rare.

 

Chrysis

Date de sortie  mai 2013

Paris, 1925. Gabrielle « Chrysis » Jungbluth, âgée de 18 ans, entre à l'atelier de peinture des élèves femmes de l'École des beaux-arts pour travailler sous la direction de Jacques Ferdinand Humbert, qui fut le professeur de Georges Braque. Exigeant, colérique, cet octogénaire, qui règne depuis un quart de siècle sur la seule école de peinture ouverte aux femmes, va vite réaliser que Chrysis n'est pas une élève ordinaire. Précoce, ardente et véritablement talentueuse, cet esprit libre et rebelle bouscule son milieu social et un monde de l'art où les hommes ont tous les privilèges. Elle va bientôt se perdre dans des plaisirs désinvoltes et devenir l'une des figures de la vie nocturne et émancipée du Montparnasse des Années folles. C'est là qu'elle va rencontrer Bogey Lambert, cow-boy américain sorti de la Légion étrangère, et vivre un amour fou.

 

Lié à l'oeuvre de Chrysis Jungbluth par une histoire personnelle qu'il nous conte en préambule, Jim Fergus a romancé ici plusieurs années de la vie de cette héroïne passionnée et passionnante, à une époque unique de l'histoire du XXe siècle, où tout semblait permis.

 

Voir les commentaires

Rédigé par mediathequedenoyelles

Publié dans #Auteur

Repost0

Publié le 9 Avril 2019

 

En panne d'idée de lectures détentes, sans prise de tête ?

Envie de lire un roman léger (mais bien écrit !) pour se motiver ?

Besoin de prendre une bouffée d'optimisme ?


A lire sans modération, le dernier livre d' 

 

 

 

Âgée de 35 ans, Aurélie Valognes

est une romancière française, auteur de best-sellers. 
Ses quatres premières comédies, Mémé dans les ortiesEn voiture, Simone ! et Minute, papillon ! Au petit bonheur la chance!, véritables phénomènes populaires, ont conquis le cœur de millions de lecteurs à travers le monde. 

 


« Dans mes romans,
j’essaie de partager mes émotions,
de vous faire rire, pleurer, sourire,
à travers la vie de héros du quotidien. »

                                 

                                      Aurélie Valognes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aurélie Valognes est une auteure française de littérature contemporaine, figure de proue du "feel-good" français, consacrée "papesse de la littérature populaire" par Livres Hebdo en 2017.

Ses livres, véritables phénomènes, ont conquis des centaines de milliers de lecteurs à travers le monde, notamment grâce à un excellent bouche-à-oreille.

Révélée par l'incroyable succès de "Mémé dans les orties", publié en autoédition en 2014, puis chez Michel Lafon (2015) et au Livre de poche (2016), elle enchaîne les best-sellers avec "Nos adorables belles-filles" (Michel Lafon, 2016), qui a paru au Livre de poche en 2017 sous le titre "En voiture, Simone" et son dernier roman "Minute, papillon !" publié chez Fayard Mazarine en avril 2017. 

 


À travers ses histoires aux personnages attachants, Aurélie Valognes évoque les relations entre les générations avec beaucoup d’humour et de tendresse. Sa manière d’embellir la vie, d’inventer des contes de fée pour adultes touche ses lecteurs en plein cœur.

Elle est mariée et mère de deux enfants. Elle vit depuis 2014 à Milan en Italie.

 

 

 

 

LA CERISE SUR LE GÂTEAU

La vie est mal faite : à 35 ans, on n’a le temps de rien, à 65, on a du temps, mais encore faut-il savoir quoi en faire…

Bernard et Brigitte, couple solide depuis 37 ans, en savent quelque chose.
Depuis qu’elle a cessé de travailler, Brigitte profite de sa liberté retrouvée et de ses petits-enfants. Pour elle, ce n’est que du bonheur. Jusqu’au drame : la retraite de son mari !
Car, pour Bernard, troquer ses costumes pour des pantoufles, hors de question. Cet hyperactif bougon ne voit vraiment pas de quoi se réjouir. Prêt à tout pour trouver un nouveau sens à sa vie, il en fait voir de toutes les couleurs à son entourage !
Ajoutez à cela des enfants au bord de la crise de nerfs, des petits-enfants infatigables, et surtout des voisins insupportables qui leur polluent le quotidien…
Et si la retraite n’était pas un long fleuve tranquille 

 

 

MÉMÉ DANS LES ORTIES

Solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant… –, Ferdinand Brun, 83 ans, s’ennuie à ne pas mourir…

Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence.
Mais lorsque sa chienne prend la poudre d’escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie… jusqu’au jour où une fillette précoce et une geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.

 

 

 

 

EN VOITURE, SIMONE !

Pour une comédie familiale irrésistible, il vous faut :
– Un père, despotique et égocentrique, Jacques.
– Une mère, en rébellion après 40 ans de mariage, Martine.

– Leurs fils : Matthieu éternel adolescent mais bientôt papa de 3 enfants. Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps. Alexandre, rêveur mou du genou.
– Et surtout… 3 belles-filles !
Stéphanie, mère poule angoissée. Laura, végétarienne angoissante. Jeanne, nouvelle pièce rapportée, féministe et déboussolée, dont l’arrivée va déstabiliser l’équilibre de la tribu. Mettez tout le monde dans une grande maison en Bretagne.

 

 

 

MINUTE PAPILLON !

On a tous le droit à une deuxième chance. Rose, 36 ans, mère célibataire est une femme dévouée qui a toujours fait passer les besoins des autres avant les siens.

Jusqu’au jour où la jeune femme perd son emploi et apprend que Baptiste, son fils unique de 18 ans, quitte la maison. Son monde s’effondre. Rose est alors contrainte d’accepter de travailler comme dame de compagnie pour une vieille dame riche et toquée, Colette, et son insupportable fille, la despotique Véronique. Et si, contre toute attente, cette rencontre atypique allait changer sa vie ?

 

 

 

 

 

AU PETIT BONHEUR LA CHANCE !

1968. Jean a six ans quand il est confié du jour au lendemain à sa grand-mère. Pour l’été. Pour toujours. Il n’a pas prévu ça. Elle non plus.

Mémé Lucette n’est pas commode, mais dissimule un cœur tendre. Jean, véritable moulin à paroles, est un tourbillon de fraîcheur pour celle qui vivait auparavant une existence paisible, rythmée par ses visites au cimetière et sa passion pour le tricot. Chacun à une étape différente sur le chemin de la vie – elle a tout vu, il s’étonne de tout –, Lucette et Jean vont s’apprivoiser en attendant le retour de la mère du petit garçon. Ensemble, dans une société en plein bouleversement, ils découvrent que ce sont les bonheurs simples qui font le sel de la vie.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par mediathequedenoyelles

Publié dans #Auteur

Repost0

Publié le 31 Mai 2018

 

"Il est grand temps de rallumer les étoiles" :                            le nouveau roman feel-good de Virginie Grimaldi 

On ne vous la présente plus, et pour cause : depuis son premier roman,                                

 Le Premier jour du reste de ma vie en 2015,

Virginie Grimaldi s'impose comme un auteur incontournable au rayon romans feel-good. Tendance qui a le vent en poupe et au sein de laquelle Virginie Grimaldi peut s'enorgueillir d'avoir publié trois best-sellers. Et on espère de tout cœur que le succès sera également au rendez-vous pour son quatrième roman Il est grand temps de rallumer les étoiles, paru chez Fayard début mai.

 

 

Le 5 mars dernier, Virginie Grimaldi publiait un message à l’attention de ses lecteurs informant de la sortie prochaine de ce nouveau roman, le 2 mai. Et en plus de dévoiler une jolie couverture, l’auteure partageait également le pitch de son tout dernier bébé.

Il est grand temps de rallumer les étoiles racontera l’histoire d’Anna, qui, se rendant compte que sa vie personnelle et celle de ses deux filles est au point mort, décide subitement de les embarquer pour une épopée en camping-car. Aucun doute qu’avec ce quatrième roman, Virginie Grimaldi saura nous plonger une fois de plus dans une histoire attachante et pleine d’humour.

 

 

 

Ce roman, je le portais depuis longtemps. Il aborde des thèmes qui me tiennent à cœur, mes tripes guidaient mes mains (Je suis bizarrement fichue). J'ai passé des mois avec les personnages, à rire, à pleurer à espérer, à fulminer, à grandir, et je suis émue et heureuse de vous présenter la couverture et le titre. J'espère tellement que Anna, Chloé et Lily vous plairont... rendez-vous le 2 mai pour les rencontrer !

            En attendant, voici le résumé :

Anna, 37 ans, croule sous le travail et les relances des huissiers.

Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l’observe depuis la bulle dans laquelle elle s’est enfermée.

À 17 ans, Chloé a des rêves plein la tête mais a choisi d’y renoncer pour aider sa mère. Elle cherche de l’affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Comme le carrosse de Cendrillon, ils se transforment après l’amour.

Lily, du haut de ses 12 ans, n’aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu’il a quitté le navire.

Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.

 

Anna, Chloé, Lily.

Trois femmes, trois générations, trois voix qui se répondent.

Une merveille d’humour, d’amour et d’humanité.

 

 

Dans Il est grand temps de rallumer les étoiles, Virginie Grimaldi dresse le portrait remarquable de trois femmes à trois âges différents, chacune confrontée à ses problèmes, ses rêves et ses désillusions. Et nous voilà partis avec elles dans un road-trip génial à la Little Miss Sunshine peuplé de personnages secondaires tendres et décalés et d’aurores boréales.

Bref, un roman profond et riche qui parle de la famille avec douceur et réalisme, rempli d’humour et d’émotions et non dénué d’un certain suspense, ce qui le rend parfaitement impossible à poser une fois qu’on l’a commencé.

À LIRE ABSOLUMENT et vivement le prochain !
 

 

 

Lire un extrait

 

 

L’auteure

 

Virginie Grimaldi passe son temps à écrire: de la liste des courses au roman, en passant par son blog qui connaît un beau succès, aucun genre ne lui résiste. Elle habite Bordeaux, elle aime déjeuner en terrasse et en plus d’avoir du talent elle est vachement sympa.

Lauréate du prix e-crire auféminin 2014, pour sa nouvelle « La peinture sur la bouche », elle publie son premier roman en 2015)

Il est grand temps de rallumer les étoiles est son quatrième roman après Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie (Fayard, 2017), Tu comprendras quand tu seras plus grande (Fayard, 2016) et Le premier jour du reste de ma vie (City Editions 2015).

 

 

 

 

 

 

Le Premier Jour du reste de ma vie

Marie a tout préparé pour l’anniversaire de son mari : décoration de l’appartement, gâteaux, invités… Tout, y compris une surprise : à quarante ans, elle a décidé de le quitter. Marie a pris « un aller simple pour ailleurs ». Pour elle, c’est maintenant que tout commence. Vivre, enfin.

Marie avait une vie plan-plan, deux filles, pas de boulot et un Jules qui se tapait toute la région pendant qu’elle écoutait Jean-Jacques Goldman chanter « Elle attend » en tricotant, mais ça, c’était avant. Avant que Marie décide de tout larguer : son mari et les amarres pour partir faire une croisière « Tour du monde en solitaire » pendant trois mois. Sur le paquebot luxueux qui l’emmène vers sa nouvelle vie, Marie rencontrera Camille, banquière blogueuse dont le projet est de « faire le tour du monde en 80 mecs » et Anne, qui vient soigner son coeur brisé : son compagnon l’a quittée après plusieurs décennies de vie commune. Au cours de ce beau voyage, Marie ne trouvera pas la solitude qu’elle recherche, mais l’amitié et peut-être même, en cherchant bien, l’amour.

 

La force du roman de Virginie Grimaldi, ce sont les personnages. En général, la femme de 40 ans cocue dans ce genre d’histoire est toujours une gourdasse, ce n’est pas le cas de Marie. Sympa sans être poire, on s’attache beaucoup à elle. L’autre personnage génial, c’est la plus jeune du trio : Camille. Ex-grosse qui a perdu 40 kilos grâce à un anneau gastrique, elle rattrape son retard en se tapant tout ce qui bouge. Détail hilarant : elle fait de la gestion de patrimoine et jure comme une charretière tout en s’étonnant de la surprise de ses interlocuteurs quand elle énonce sa profession entre deux « putains ».

Enfin, il y a un troisième homme qui glisse sa tête entre les pages du Premier jour du reste de ma vie, discrètement mais bien présent, que je connaissais longtemps avant de lire ce roman : Jean-Jacques Goldman. Oui oui oui, Jean-Jacques Goldman et ses merveilleuses chansons, dont Marie (et Virginie?) connaît les paroles par coeur et qu’elle partage avec le lecteur aux moments adaptés et ça, c’est la petite cerise sur la crêpe flambée.

 

À lire donc, surtout en ce moment, on a tous besoin de soleil !

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par mediathequedenoyelles

Publié dans #Auteur

Repost0